15/05/2017

Chess 1850918 1920

Après mon dernier message je me suis posé plusieurs questions… comme le faite de devoir créer un site, de ne pas le notifier sur les moteurs de recherche, de complexifier sa lecture au point d’être impraticable, d’y créer un personnage et une histoire… pour y raconter ma théorie. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué… Heureusement que la langue chinoise ne m’est pas familière, sinon il y aurait toute les chances pour que je me complique encore plus la vie.

Cela dit, à ce niveau du récit, je présume que les anciens lecteurs ont déjà quitté le vaisseau, donc autant être honnête, autant me parler à moi-même plutôt qu’à un vieux journal n’aillant aucun répondant.

Si j’arrondis cela fait 10 ans que j’évolue dans le monde de la gestuelle, ou devrait je dire, cela fait 10 ans que j’essaye de créer un monde indépendant, un monde ou la réalité serait plus riche que ce qu’elle parait. De me trouver une quête ou une excuse pour justifier mon existence. Ce chemin de traverse est montré du doigt par différents auteurs mais ce fut le livre de Joseph Messinger qui m’a réellement donné l’envie d’y croire, l’envie d’y consacrer une part importante de ma vie.

Pour lui rendre hommage et car il y a du génie dans sa typologie, je conserverais certains de ses termes au cours de ce récit.

Indépendamment de la gestuelle la question de la personnalité m’a toujours intéressée. Qui sommes-nous vraiment, certes nous sommes un mélange de culture, de génétique et d’autre chose issus des circonstances mais… de mon point de vue, si je veux savoir qui vous êtes vraiment… je fais comment ?

Cela fait un moment que je me pose cette question, et si un temps je pensais que cela n’était qu’un passage, un questionnement d’adolescent en recherche de vérité dans un monde qui change, un monde dans lequel il peine à y trouver un sens. Je dois admettre qu’étant moins complexe que cette question… je la chercherais probablement jusqu’à ma mort.

Ce qui ne m’empêche pas d’essayer, j’ai commencé en écrivant toutes mes observations sur un bloc note, puis deux, puis trois. J’ai continué sur ordinateur, en imprimant sous forme de tableaux ce qui me semblait le plus actuel pour le fixer aux murs de ma chambre universitaire. Lorsque les murs manquaient j’ai continué sur un mind maps. Aujourd’hui, ma rédemption se trouve dans  la création de ce site, un voyage sans retour… mais un voyage tout de même.

2461016